Ciné229Awards 2018 : L’amour du cinéma et le patriotisme.

Il y a quelques mois, j’écrivais un article  pour vous raconter pourquoi j’aimais l’initiative #Ciné229Awards. L’édition 2 a eu lieu le samedi 8 décembre 2018 et je suis encore plus amoureuse de cet événement.

Pour avoir côtoyé les organisateurs, j’ai vu les différentes difficultés notamment financière qu’ils ont endurées. J’ai vu des jeunes qui, malgré le silence de plusieurs partenaires, ont refusé d’abandonner: ILS AIMENT LE CINÉMA  BÉNINOIS ET TIENNENT A CÉLÉBRER LEUR PAIRS.  ILS SONT PATRIOTES ET PENSENT QUE LE CINÉMA BÉNINOIS MÉRITE D’ETRE CÉLÉBRÉ.

Pari tenu. Le samedi 8, il n’y a eu que du feu au CanalOlympia Wologuede. La cérémonie a réuni plus de 500 personnes et je pense que la plupart, comme moi, sont repartis satisfaits de l’organisation.

Le grand prix de la soirée dénommé Grand prix DJIMON HOUNSOU a été décerné à Beaucéjour Akodjenou  du film Braquage à la béninoise (BALB). Son film a également obtenu quatre autres prix dont le prix de la meilleure photographie fiction (Geff Atindegla), le prix du meilleur montage fiction (George Gougnon), le prix du meilleur son fiction (Didier Guedou) et le prix de la meilleure interprétation féminine (Idayath Ibrahim).

En attendant l’édition 3, je vous prie de savourer les photos de cette belle soirée que Kismath Baguiri et sa team nous ont offert.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

SOTIGUI  AWARDS 2018 : Découvrez le Palmarès complet

La troisième édition des SOTIGUI AWARDS a eu lieu le 1er Décembre 2018 au CanalOlymppia Yennenga.

La prestigieuse soirée qui se veut être les Oscars africains a connu la présence de célébrités du cinéma africain dont :

  • John Kani, acteur sud-africain interprète du rôle de roi Tchaka dans le blockbuster Black Panther

T-chaka.png

  • Firmine Richard, actrice française qui a fait parler d’elle en 2018 grâce au livre du collectif « Noir n’est pas mon métier » et
  • Marie-Philomène Nga, actrice camerounaise, également du collectif « Noir n’est pas mon métier ».

Les membres du collège des SOTIGUI AWARDS après délibération ont décerné 13 prix aux meilleurs acteurs africains de 2018 :

  • SOTIGUI du meilleur acteur de l’Afrique de l’ouest : Naky Sy Savané (Cote d’Ivoire)
  • SOTIGUI du meilleur acteur de l’Afrique du nord : Abdelmonem Chouayet (Tunisie)
  • SOTIGUI du meilleur acteur de l’Afrique centrale : Azah Awa Melvine (Cameroun)
  • SOTIGUI du meilleur acteur de l’Afrique australe : Munya Chidzonga (Zimbabwe)
  • SOTIGUI du meilleur acteur de l’Afrique de l’est : Hawa Alisa (Tanzanie)
  • SOTIGUI du meilleur acteur du Ghana/ Nigéria : Joseph Van Viker (Ghana)
van-vicker-malade-jewanda-2.jpg

Joseph Van Viker

  • SOTIGUI du plus jeune acteur : Mélanie De Vales Rafael (Mozambique)
  • SOTIGUI du meilleur espoir : Margaret Mulubwa (Zambie)
  • SOTIGUI de la meilleure interprétation masculine Burkinabé : Salif Louis Kiekita
  • SOTIGUI de la meilleure interprétation féminine : Rihanata Zongo
  • SOTIGUI du public Burkina Faso : Moussa Guigma
  • SOTIGUI du meilleur acteur de la diaspora : Lupita Nyongo

Le SOTIGUI D’OR le plus grand prix de la soirée est attribué au tunisien Abdelomem Chouayet.

DSC_8012.JPG

Abdelomem Chouayet SOTIGUI D’OR 2018

In the search of  Voodoo : Djimon Hounsou alterne documentaire et grand reportage.

Rétablir l’histoire du Vodou, c’est la mission que s’est donné l’acteur et producteur béninois Djimon Hounsou en prenant une nouvelle casquette : celle de réalisateur.  «  Le vodoun est une part de notre tradition, de notre culture » dixit Djimon Hounsou

Deux fois nominés aux oscars, Djimon fait partie de la distribution de grands films américains tels que Blood Diamond, Fast and Furious 7, Gladiator.  Son premier film est In the search of Voodoo : Root to heaven, un long métrage documentaire, réalisé sur le Vodoun béninois en  2018. Ce film a  été co-écrit avec le scénariste et monteur américain  Thompson Douglas.

IN SEARCH OF VOODOO_Film Still_Djimon Hounsou

Djimon Hounsou

 

Après l’avant-première à Lomé (Togo) et quelques festivals parcourus dans le monde, le film a été projeté lors du There Global Festival Celebrating Benin afin de faire découvrir au public américain le mythe du Vodou présent au Bénin. L’auteur traite de la thématique en toute neutralité, sans un réel point de vu.

Le film ressemble donc plus à un reportage qu’à un documentaire. Il veut comprendre le Vodoun, il va à la rencontre de divers adeptes de Vodoun qui lui racontent leurs affinités avec les dieux vodoun et les avantages à être adepte du Vodoun. En Face, Djimon Hounsou met des prêtres catholiques, des imams et des scientifiques qui sont, pour la plupart, contre le Vodoun. Cette dualité empêche de connaitre le point de vu réel de l’auteur même si son titre « A la recherche du Vodoun : des racines aux paradis » tente de nous dire qu’il veut restaurer l’image du Vodoun qui a été sali durant des siècles par la colonisation et les religions exogènes.

L1016180.jpg

Sur le plan technique, les images sont très colorées et dynamiques, les plans sont variés et agréables à voir. Le réalisateur nous propose même une petite scène assez intéressante,  qui n’était pas prévue et que son équipe a vécue pendant le tournage. Une façon de nous dire « on écrit le film mais c’est le terrain qui commande ».  Le son également est une grande réussite, avec en sus la voix d’un Djimon Hounsou narrateur qui captive l’attention durant les 65 minutes que dure le film.

IN SEARCH OF VOODOO_Film Still_Egungun Dancing in Forest

un Egun Egun dans in the search of VOODOO

In The Search of Vodoo est le film parfait à voir si vous voulez en apprendre plus sur le vodou. Cela vous aidera à vous faire votre propre opinion sur cette entité.

crédit photos: http://www.insearchofvoodoo.com

Festival Emergence 2018 : Le Palmarès de la 5em édition

Durant 5 jours, Lomé la capitale togolaise a accueilli des cinéastes venus de toute l’Afrique. Une quarantaine de court-métrages ont été présenté au public togolais et au jury présidé par le producteur et réalisateur Jean-Noël Bah.  Le nom des Lauréats de cette cinquième  édition ont été dévoilés lors de la cérémonie clôture qui a eu lieu au CanalOlympia Godopé.

Voici les lauréats du Festival Émergence 2018

Prix FETOCI, décerné par la Fédération Togolaise  des cinéastes : Croire encore de Emmanuel K. Badaké (Togo)

Prix spécial de la meilleure création documentaire : La Lecture et moi de Solange Koné (Bénin-Cote d’Ivoire)

Prix spécial du meilleur scénario fiction : Mes silences de Benjamin Eyaga (Cameroun)

Meilleure Interprétation Masculine : Gentil Houndenou dans la Vie de Daniel de  Gilbert Bararmna  (Togo)

Meilleure Interprétation Féminine : Mira Loussi dans le film Alicia de Michael Gandoh (Congo)

Coup de Cœur du Jury : Dernière Guerre de Charles Etsi (Togo)

Mention spécial : Le con, Le cupide et le Chanceux de Boris Kpadenou (Togo)

Meilleur Film documentaire : Le dernier combat de Linda Diatta (France-Niger)

Meilleur Film Fiction : La poupée d’Isabelle Kouraogo (Maroc-Cote d’ Ivoire)

IMG-20181120-WA0007

Le Directeur de la Cinématographie du Bénin reçoit le prix de la meilleure fiction pour Isabelle Kouraogo.

 

 

15eme édition du festival international cinéma et migration d’Agadir : le Bénin était à l’honneur

Le Festival International Cinéma et Migration d’Agadir est un festival qui se déroule de 15 ans dans la ville d’Agadir situé au sud du Maroc.  Depuis deux ans, le festival s’est ouvert sur l’Afrique. Ainsi, la Cote d’Ivoire et le Cameroun ont été reçu comme invités d’honneur. Cette année, le Bénin était sous les feux des projecteurs. Un hommage a été rendu au grand réalisateur béninois Sylvestre Amoussou, de nombreux reportages ont été réalisés sur la délégation béninoise et sur le cinéma béninois. Une soirée a été consacrée au Bénin durant ce festival. J’ai participé à ce beau festival, Voici le best of en image.

FB_IMG_1542029953339

La délégation béninoise à l’ouverture du festival

FB_IMG_1542030093597

Sandra Adjaho, actrice béninoise

FB_IMG_1542030357768

Sylvestre Amoussou, honoré durant la spéciale soirée « Bénin »

FB_IMG_1542030508562

Au milieu, l’actrice marocaine Fatima Boujou dans une tenue traditionnelle du Bénin

IMG_20181107_184942

Le drapeau du Bénin était sur le lieu du festival

IMG-20181108-WA0010.jpg

Bien sur on a fait du tourisme

Voici la célébration du Bénin en vidéo.

Kutonu : Jacob, de l’étoile de rouge, raconte Cotonou

Depuis le 1er novembre 2018, la série Kutonou, réalisée par Aymar Ayeman Esse et produite par Jean Noel Bah, a débarqué sur A+.  Kutonou, comme Bamako, Niamey, Yaoundé et autres fait partie d’un coffret appelé  « Capitales Africaines ». J’étais à la première de cette série, j’y ai rencontré Aymar et Jean-Noel de Scénarii production. Interview

Qu’y a-t ’il à raconter sur Cotonou ?

Aymar : Il y a beaucoup de choses à raconter, d’une génération à une autre. Cotonou, je la raconte de mon point de vue et ce n’est pas forcément de cette manière que les ainés la raconteront. Sur Cotonou, il y a la révolution, les divers faits de société, la politique, etc. Dans la série, je peins l’histoire d’un jeune qui a créé une application qui s’appelle Kutonou. Sur cette application qui fonctionne comme un réseau social, il va ajouter tous ses amis avec  qui il a fait la Terminale B. Il l’a fait pour se venger d’eux parce que, quand ils étaient en classe, il a hérité du surnom « Le bègue ». Ce scénario, pour moi un prétexte, m’a permis d’aborder les thématiques des réseaux sociaux, les TICS, le vodou et la cybercriminalité qui, qu’on le veuille ou pas, fait partie des caractéristiques de Cotonou. L’autre originalité, c’est qu’on raconte Kutonou du point de vue de Jacob.

Jacob ? Euh, c’est qui ?

Aymar : Jacob, c’est le soldat qui est perché au sommet de l’étoile rouge. Tu te souviens ? Quand on était petit, on disait « Jacob descend la terre, n’est pas en haut. Donc, dans la série, je donne une voix à notre Jacob de l’étoile rouge et c’est lui, depuis son sommet, qui observe les Cotonois et raconte leur vie.

19420794_694551860752358_7382358348326128372_n-e1541492545673.jpg

C’est lui Jacob!!!!

Jean Noel Bah, tu as vu Kutonou. Mis à part Jacob et notre vodou, que retiens-tu de Cotonou ?

Jean-Noel : Cotonou est une ville très connectée avec internet, c’est la première chose que je retiens parce que le film est vraiment ancré dans cet univers. Je retiens également que le Bénin n’est pas en marge d’un certain nombre de fléaux qui sévissent,  notamment la cybercriminalité.  Et il y a le vodou qui est spécifique au Bénin. De plus Cotonou, ce n’est pas Abidjan, ce n’est pas Bamako, les architectures ne sont pas les mêmes, les comportements non plus, les accents, etc.

Parlant d’accent, Aymar, tu as fait un casting qui a dépassé les frontières du Bénin. On remarque dans ta série la présence de nombreux comédiens togolais.  Ces derniers ont-ils pu se comporter en Cotonois, surtout côté accent ?

Aymar : Lorsqu’on a lancé le casting, on ne savait pas qu’il y aurait des Togolais, des Burkinabé, des Sierras léonais. On a donc remarqué de bons acteurs parmi les togolais qui étaient là et voilà, ils ont été retenus. On a travaillé avec eux, surtout au niveau des accents. Tu l’as dit, nous sommes pays frères mais on a des accents très différents.  Après, il y a eu l’intégration avec les techniciens et acteurs du Bénin puis les choses sont allées vites. De plus, pour les langues locales, on partage le mina avec le Togo donc on a fait avec.

45434336_1965215640199902_1656304024023990272_n

Les principaux acteurs de la série KUTONU

Quels sont les acteurs qui t’ont épaté avec leur jeu ?

Aymar : Celle qui m’a le plus impressionné  c’est Nelly (Simliwa jessica) qui était vraiment timide durant le casting. Beaucoup lui disaient qu’elle ne pouvait pas, on lui a trouvé le rôle d’une fille timide et elle a vraiment assuré.

Ensuite Rose (Beatrice Alovor) qui bien tenu son rôle aussi et Gael Hounkpatin qui a joué le rôle de Patrice Akouegnon, un jeune multimilliardaire.

Sur le plateau c’était comment ? On m’a dit que vous tourniez la journée et faisiez le montage la nuit.

Aymar : Oui, c’est ce qu’on a fait parce qu’il y avait la pression du délai. Les équipes travaillaient en parallèle, cela nous a permis en début de  tournage de voir les erreurs qu’on avait. Il y avait, par exemple, le son qu’on a corrigé dans la suite des séquences. Ça nous a aussi permis de voir l’évolution des personnages.

19702168_699768660230678_5663598895709875659_n

Kutonu pendant la post-production

 Kutonu, c’est combien d’épisodes et de CFA ?

Jean-Noël : C’est Aymar qui a dépensé l’argent, c’est lui qui peut le dire (rire).  En général je ne donne pas le coût de mes productions. Kutonu, c’est 26 épisodes de 26 minutes. Et ça coûte à peu près ce que ça coûte (rire). Tu sais ce qu’on injecte dans une production,  ça ne correspond pas forcément à ce que la série donne, surtout en Afrique.  Donc je n’aime pas avancer les chiffres. On travaille au rabais par ici.

IMG_20181025_145414

Selfie avec le réalisateur Aymar ESSE et le producteur Jean-Noel BAH

 

OUAGA FILM LAB 2018

Initié en Mars 2015, le OUAGA FILM LAB est un laboratoire de développement et de coproduction qui vise à renforcer la compétitivité des réalisateurs et producteurs d’Afrique, à faciliter leur accès aux différents grands laboratoires et fonds de financements internationaux ou locaux. La 3 ème édition qui  se déroule du 20 au 29 Septembre 2018 accueille, au cours de l’atelier Ouaga Producers Lab et de la résidence Ouaga Film Lab, 25 porteurs de projets cinématographiques du Bénin, du Burkina Faso, de la Gambie, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Niger, du Nigéria et du Sénégal, ainsi que plus d’une vingtaine d’experts venant d’Afrique, d’Europe et d’Amérique.
OUAGA PRODUCERS LAB
 Ouaga Producers Lab est un dispositif destiné aux professionnels d’Afrique francophone travaillant dans l´industrie cinématographique et audiovisuelle comme producteurs de fiction, documentaire ou de séries TV, et qui souhaitent dynamiser leurs compétences en production, direction de production et gestion d’entreprise. Quatre producteurs participent à l’édition 2018.
Esther TRAORÉ (Athena Films), productrice de Prejudice, par Kady TRAORÉ (Burkina Faso)
Kotchikpa R. AGBEDE (Strictness), producteur de Angel and Demon, par Yamowan Yves SOSSA (Bénin)
Ousmane SAMASSEKOU (DS Production), producteur de Tônsô, par Mamadou CISSE (Mali)
Tangui Jaloud ZAINOU (Artisan Prod), Producteur de In the Name of Memory, par Linda Leila (Niger)
Wilfried PARÉ (ABCA), Producteur de Etincelles, par Ouassila KHAROUNE (Burkina Faso)
OUAGA FILM LAB
10 projets ont sont sélectionnés.  Ils bénéficient d’ un accompagnement tout au long de la semaine et sont éligibles à plusieurs prix internationaux qui seront décernés le 29 septembre 2018.

Alhassane, The Master of Kharmou, projet de fiction de Idi NOUHOU (Niger), produit par Maman Siradji BAKABE – B@K TECHNO (Niger)
Amilcar Cabral, projet de documentaire de Rui Manuel DA COSTA (Guinea-Bissau), produit par  Carlos VAZ – Telecine Bissau (Guinea-Bissau)
Klema, projet documentaire de Aboubacar GAKOU (Mali), produit par Bassy KONATE – Les Films Du 7 (Mali)
The sheep of Sada, fiction de Pape Bouname LOPY (Sénégal), produit par Khadey ZIDNA Lydel Com Group (Sénégal)
Free to leave, free to stay, projet documentaire de Amina WEIRA (Niger), produit par  Carine Stella NZANG ASSOUMOU – Merveilles Production (Bénin)
Mami Wata, fiction de C.J. « Fiery » OBASI (Nigeria), produit par Oge OBASI – Fiery Film Company (Nigéria)
Moulaye, fiction de Alassane SY (Sénégal), produit par Baila SY – Proxycom (Sénégal)
Genetically Modified Religion, projet documentaire de  Simplice GANOU (Burkina Faso), produit par Rasmata KABORÉ – Tilé Fari Docs (Burkina Faso)
The rise and fall of Jammeh, projet documentaire de Mohamed Lamin TOURAY (Gambia), produit par Bubacarr JALLOW – Flame production (Gambia)
Wakat, fiction de Jean-Baptiste OUEDRAOGO (Burkina Faso), produit par Pierre Claver ZONGO – Yira Entertainment (Burkina Faso)

41180500_1912236575529943_7219157957999591424_n
Les mentors
Pierre Yaméogo, Burkina Faso
Dora Bouchoucha, Tunisie
Jihan El-Tahri, Egypte
Mama Keïta, Guinée
Moussa Sène Absa, Sénégal
Pedro Pimenta, Mozambique, sont les mentors de cette édition 2018 du OUAGA FILM LAB.
 

«  Noces précoces » : à voir ce vendredi

Vous n’aviez pas souvent l’occasion de voir des films béninois ? Je vous invite donc à découvrir avec moi ce vendredi 24 Aout 2018  « Noces Précoces ». Le film va connaître sa première projection à l’espace Bluezone Zongo à 17h.
Généralement je vois les films avant d’écrire mes articles mais spécialement pour celui-ci j’ai décidé de ne pas le voir afin de le découvrir avec vous. On fera donc le débriefing ensemble. J’ai donc reçu du réalisateur  Hodonou Childéric le synopsis du film afin que nous ayons une idée de ce qui nous attend le vendredi prochain.
Synopsis :
Marie (Floride Houngbedji)  14ans, en pleine adolescence  a été donnée en mariage au vieux Amoussou interprété par le talentueux James Salanon alias « Major ». La jeune fille est victime de viol venant de son époux et de divers maltraitance venant de sa coépouse Pascaline.
On aura donc affaire à un drame. Le film dure 15 minutes. Le réalisateur, les acteurs et l’équipe technique seront là pour répondre à vos questions et encaisser vos critiques.
Alors je vous dis à Vendredi ????
NOCES_PREMIERE_FLYER.jpg

Aicha Macky, réalisatrice et féministe engagée.

La série Festival International de Film de Durban continue et, aujourd’hui, je fais mon premier article sur le cinéma nigérien. J’ai enfin rencontré la réalisatrice et productrice nigérienne Aicha Macky que j’ai commencée à suivre depuis le dernier FESPACO. Elle a réalisé le documentaire l’Arbre sans fruit qui aborde l’infertilité chez la femme. Ce documentaire a parcouru plus de 150 festivals dans le monde et a remporté plus de 50 prix. J’ai échangé et partagé plusieurs  jours avec la patronne de la boite de production Tabou production.
Aicha, pourquoi ta boite de production s’appelle-t’elle Tabou production ?
Tabou production parce que ma ligne éditoriale, c’est d’explorer tous les sujets tabous et non-dits  de notre société dans le but de briser la glace pour faire un dialogue autour de ces thématiques qu’on n’aborde pas et qui, quelque part,  font mal à la société. J’ai donc envie, avec la caméra, qu’on aborde ces sujets-là afin de changer les mentalités.
Et pour toi, est-ce le documentaire le meilleur genre pour s’exprimer?
Oui, puisque j’aime raconter des histoires réelles. Il est vrai qu’on peut raconter des histoires avec n’importe quel genre du cinéma mais avec le documentaire, l’histoire est beaucoup plus touchante. Elle parle beaucoup plus quand c’est la réalité et qu’elle a été vécue. J’aime surtout aborder les sujets qui parlent des conditions de la femme parce que c’est l’être le plus faible et il y a beaucoup de tabous autour d’elle.
Question polémique, beaucoup me disent que le documentaire n’est pas un genre pour le cinéma mais pour la télé. Ils pensent que c’est un nid d’incapables, dans le style tu as envie de faire du cinéma mais tu n’as pas la force pour tenir en fiction donc tu fais du documentaire. Que penses-tu de cela ?
(Rire) Tu as toi-même vu le résultat au Durban Filmmart : sur 9 bourses accordées, 8 sont allées aux documentaires donc je pense que cela devrait interpeler les gens qui pensent que le documentaire n’est pas un travail. La fiction est si simple, je peux rentrer dans ma chambre et imaginer une histoire. Mais pour faire du documentaire, il faut aller vers les gens, rencontrer un personnage, aimer son histoire, faire des repérages, faire de l’immersion s’il le faut, rentrer dans l’intimité des personnes, prendre autant de temps avent d’écrire juste l’histoire. Je ne suis pas là pour comparer la fiction et le documentaire mais si le cinéma se résumait au loisir, je ne le ferais pas. J’ai choisi de faire le documentaire parce que derrière, il y a un engagement qui est humain, social.
On a vu ton engagement dans le film l’Arbre sans fruit qui raconte ta propre histoire et le quotidien de beaucoup d’autres femmes africaines. Les regards envers toi ont-ils changé ?
Le changement s’observe sur un long terme. Néanmoins, j’ai remarqué que le regard a changé, pas qu’autour de moi mais aussi autour de la question dont j’ai traitée. Ce qui me touche personnellement, c’est quand à la sortie d’une salle, quelqu’un me dit «  ça fait longtemps qu’on a ce problème avec mon épouse, on n’arrive pas à en parler  ou quand on en parle c’est pour me disputer et là je prends l’engagement d’aller en consultation avec elle ». Je pense que le film a déclenché quelque chose. Faire ce film a également été une thérapie pour moi puisque j’ai pu parler de mon problème et c’est pareil pour les autres femmes qui ont intervenu dans le film.

Au dernier festival de Cannes tu as présenté ton nouveau projet « Zinder ». Ce même projet est revenu au Festival international du film de Durban, tu as pitché ton nouveau projet et a d’ailleurs eu le prix Afridocs. Parle-nous de ce nouveau projet et du prix que tu as reçu.
C’est un prix que m’a octroyé Afridocs. Zinder c’est ma ville natale et j’y ai grandi. C’est un havre de paix qui m’a bercée. Après l’évènement Charlie Hebdo le 15 janvier 2015, la ville est devenue tristement célèbre, beaucoup de personnes ont écrit sur la ville, ils ont écrit sur les jeunes de Zinder. Tout le monde raconte la vie de ces jeunes. Aujourd’hui, j’ai envie que ces jeunes se racontent eux-mêmes. Je veux leur donner la parole pour qu’on comprenne qui ils sont, pourquoi ils sont violents parfois. Dans ce film, je vais aussi montrer comment ils vivent quotidiennement puisqu’ils sont, pour la plupart, désœuvrés. Je veux qu’ils montrent leur vision du monde.
Des jeunes violents hein !!! Tu n’as pas peur de les approcher ?
Non, je n’ai pas peur puisque ce ne sont que des préjugés, des jugements. Ils font partie de notre société. Quand son bras est malade, on ne l’ampute pas, on le prend et on le soigne. C’est ce que je veux faire.
 

À propos d’Afridocs :
Afridocs est une plateforme qui diffuse des films documentaires africains. C’est comme avoir un festival de film  sur votre écran qui donne accès à des documentaires puissants et de qualité primés dans les plus grands festivals du monde.

37661401_1971060609605888_189187408103735296_n

Le prix Afridocs

 

Pourquoi j’aime le ciné229 Awards

On est tous d’accord que pour faire du cinéma au Bénin, il faut s’armer de beaucoup de courage puisqu’il n’y a pas réellement un circuit de distribution pour nos films, et encore moins des festivals nationaux pour reconnaitre les œuvres des uns et des autres.
Ici, on se plaint quotidiennement de l’oubli du cinéma par tous les gouvernements qui passent, de nos salles qui sont devenus lieux de cultes, abris pour bestioles et autres.
Dans cette litanie de malchance, mauvaise foi ou malheur (je ne sais pas), il y a des jeunes qui osent et qui font avec les moyens qu’ils ont, quitte à un sponsor de les soutenir : c’est ça le Ciné229Awards. 

FB_IMG_1533665379840

Les trophées du Ciné229 Awards


Concrètement, qu’est-ce que c’est ?
C’est un gala, organisé par l’Association Terre d’ébène, lors duquel sont primés, depuis l’année dernière, les acteurs du cinéma béninois. Les meilleurs films, réalisateurs, acteurs et techniciens, tous les postes que nous utilisons usuellement au Bénin sont pris en compte par le comité d’organisation du Ciné229 Awards. Ceci vient donc insuffler une nouvelle dynamique à notre cinéma en instaurant l’esprit de compétition et donc la volonté de mieux faire.
FB_IMG_1533665363249

L’actrice béninoise Nadjibath Ibrahim a reçu l’année dernière le prix de la meilleure interprétation féminine.


Comment participer au ciné229Awards, édition 2018 ?
Vous aviez réalisé un film dernièrement ou aviez travaillé sur un projet comme acteur, cadreur, preneur de son, monteur, maquilleur… envoyez votre candidature en suivant les indications sur ce lien. Le deadline est pour le 09 septembre 2018 et la compétition est ouverte aux béninois uniquement.
FB_IMG_1533665346960
Envie de soutenir l’évènement ?
Comme je l’ai dit plus haut, c’est une initiative jeune et ils travaillent beaucoup sur fonds propre donc un petit coup de main pourra les soulager. Si vous avez envie d’aider ou de devenir partenaire de l’évènement, vous pouvez m’envoyer un mail sur ecranbenin@gmail.com je me chargerai de vous mettre en relation avec le comité d’organisation.
Alors quelqu’un a compris pourquoi j’aime le ciné229awards ?

Critique : Rafiki, une classique histoire d’un amour

Rafiki est un film kenyan, co-écrit par Jenna Bass et Wanuri Kahiu, qui en est d’ailleurs la réalisatrice. Les auteurs y abordent  l’amour lesbien dans les rues de Nairobi. Le film, censuré au Kenya à cause de la thématique abordée, a été présenté au festival de Cannes 2018 dans la catégorie un certain regard et a été choisi comme film de clôture du Festival International de Film de Durban en Afrique du Sud.
Kena (Samantha Mugatsia) et Ziki (Sheila Munyiva) – les protagonistes du film– sont deux adolescentes et filles de politiciens qui s’affrontent pour les élections locales. Elles se rencontrent au cours de la campagne qui oppose leurs pères et tombent amoureuses malgré leurs différents styles de vie. Kena a des parents divorcés et souhaite devenir infirmière tandis que Ziki rêve de danse et de voyage.

Leur amour est traité avec assez de sensualité et les scènes d’amour présentées avec beaucoup de pudeur, incluant  une complicité entre les deux actrices qui oblige le spectateur à s’attacher à elles : les moments de complicité comme quand Kena initie Ziki au football, la partie où la pluie les oblige à se réfugier dans un camion…, assez de scènes romantiques qui vous donnent le frisson.    La caméra est constamment près du visage, ainsi transmettant de l’émotion.
Quant à l’intrigue du film, elle est assez classique et souffre peut-être d’un manque d’originalité. Rafiki imite le style de nombreux films commerciaux américains qui abordent le sujet des adolescents amoureux.
Ziki et Kena vivent heureuses dans leur relation, sortent ensemble en boite de nuit, dans la rue, sur des terrains de sport…La suite du film se devine aisément, les habitants de leur quartier encore très conservateurs et traditionnels leur font subir des violences psychologiques et physiques.

Rafiki, Wanuri Kahiu, Cornélia Glele, Jenna Bass,

Une scène de Rafiki. Kena et Ziki sont en boite de nuit.


Wanuri Kahiu met en face de son sujet principal, l’amour entre les deux filles, la politique et la religion, deux sujets qui font entièrement partie du quotidien des Africains. On peut remarquer dans certaines scènes qu’en Afrique, le point de vue de la religion compte avec le prédicateur qui reçoit dans son église le politicien en campagne, ou encore le prédicateur qui condamne et interdit l’amour homosexuel. Cela permet de comprendre le rôle des religions dans le contexte social en Afrique.
 

Ciné Guimbi, de la mort à la vie.

Les salles de cinéma en Afrique, surtout francophone, ont progressivement disparu. Certaines sont devenues des lieux de cultes, d’autres des ghettos, d’autres encore des commerces ou des abris pour toutes sortes de reptiles. Une question que je reçois quotidiennement en tant que blogueuse cinéma c’est: « où voir un film africain ? ». C’est la grande question qui me fait balbutier. Au Burkina, une association a décidé de redonner vie à une salle de cinéma à Bobo-Dioulasso et un crowfunding a été lancé afin que chacun de nous puisse participer à ce merveilleux projet. Berni Goldblat nous en parle brièvement à travers cet entretien.
 
Bonjour Berni, présentes- toi stp.
Je m’appelle Berni Goldblat, cinéaste suisso-burkinabè. Je suis réalisateur, producteur et formateur en écriture documentaire. En 2017 mon long métrage de fiction cinéma, WALLAY, a eu sa première mondiale à la Berlinale et a depuis été sélectionné à 130 festivals et obtenu 17 prix.
Je suis également le président de l’Association de Soutien du Cinéma au Burkina Faso (ASCBF) qui porte le projet de la renaissance du Ciné Guimbi.
berni goldblat crédit photo Odile Motelet.jpg
Quel est l’état actuel du Ciné Guimbi ?
Le Ciné Guimbi est une salle de cinéma qui a ouvert en 1957 et qui a fermé en 2005. C’était la salle la plus populaire de Bobo-Dioulasso. Elle est située au centre-ville, non loin de la Mairie de Bobo. Nous avons commencé la lutte en 2013. Il fallait d’abord trouver les fonds pour racheter le terrain qui coûtait 80 millions de franc CFA, la salle appartenait à un particulier. Le nouveau cinéma est en chantier depuis 2015: Une salle de 174 places, un bar restaurant, des bureaux et un centre de ressource. C’est la phase 1 du projet. Lorsque cette phase sera achevée, nous débuteront les travaux de la grande salle de 324 places et une salle multifonction située au dessus qui pourra servir de salle de conférence, de 3ème écran, de salle de formation etc.
Parle nous de l’opération « Sauvons le ciné Guimbi ».
Depuis 2013 l’Association a levé environ 900’000 Euros. Des fonds publics et privés du Burkina, de Belgique, de France et de Suisse, de nombreuses personnes venues de partout, des fondations et des institutions ont contribué. Nous avons un réseau de plus de 80 festivals amis de part le Monde.
Le 8 juin passé une campagne de financement participatif a été lancée pour essayer d’atteindre la somme de 50’000 euros. Nous sommes aujourd’hui à 66% et nous espérons vivement atteindre la sommes prévue avant la deadline fixée au 23 juillet.
Le Ciné Guimbi est devenu le symbole de la résistance des salles de cinéma en Afrique. Le secteur est viable. De grands groupes internationaux ouvrent des salles aujourd’hui sur le Continent. Malgré la piraterie, les bouquets tv, internet etc rien ne remplace l’expérience unique de voir un film dans une salle de cinéma et à plusieurs. Nous sommes ravis de partager notre expérience avec nos collègues sur le Continent et d’ailleurs afin que d’autres Guimbi voient le jour.
A quoi va ressembler le nouveau Ciné Guimbi ?
Il sera bien plus qu’une salle de cinéma, il sera plutôt un centre culturel audio-visuel. Il y aura une priorité mise sur le cinéma africain mais il y aura aussi des films d’ailleurs, des blockbusters, des films d’auteurs, des documentaires etc. Un important volet d’éducation à l’image sera proposé aux jeunes de Bobo. Comme le disait feu Sembene Ousmane, « le cinéma, c’est l’école du soir ». Au Ciné Guimbi on pourra aussi assister à des conférences, découvrir des expositions, regarder des retransmissions de matchs de football, suivre des formations, écouter de la musique, rencontrer du monde, boire un verre et manger.
Chantier Guimbi avril 18.JPG
On a hâte. Comment soutenir le ciné Guimbi ?
Je demande à tout le monde de faire un tour sur Notre page internet ulule afin de voir les vidéos, les photos et les infos qui expliquent le pourquoi et le comment de la campagne. Sur la page il est possible de contribuer en quelques clics.
Au Burkina Faso il est aussi possible de contribuer via le numéro Mobicash : 62 98 44 43
Ce n’est pas un projet pour Bobo-Dioulasso seulement mais un chantier pour toute l’Afrique. Notre souhait est qu’en 2019, lors du cinquantenaire du Fespaco, la première salle puisse déjà être opérationnelle. Elle sera magnifique, tout le monde se retrouvera à Bobo pour fêter ça.
Vous voulez aider le Ciné Guimbi ? Cliquez ici et n’oubliez pas de partager cet article.
facebook:Ciné Guimbi
twitter:@cineGuimbi
Instagram:Ciné Guimbi
site web: www.cineguimbi.org

Emergence 2018 : Le comité veut faire une fête du cinéma en grand.

En décembre dernier, j’étais à Lomé pour le festival émergence, une semaine de bonheur que j’avais partagée avec vous Ici.
L’appel à films pour Emergence 2018, prévu pour se tenir 13 au 18 novembre prochain, est déjà ouvert à tous les jeunes réalisateurs. Vous trouverez le formulaire à remplir sur www.emergencefilmfestival.com

_MG_8946

Les lauréats de la dernière édition du festival émergence


Pourquoi vous devriez vous y intéresser?
-Cinéphiles, commencez à libérer votre agenda dès aujourd’hui pour célébrer à Lomé le cinéma Africain. Il y aura assez de projections de films, autant en compétition qu’en panorama (le festival existe depuis 2014 et a déjà projeté plus de 100 films);
Pour les acteurs ou ceux qui rêvent d’embrasser le métier d’acteur, le festival prévoit une master avec la directrice de casting,française, Fabienne Bichet et la grande comédienne burkinabé Kady Traoré. Vous l’avez déjà vue jouer dans des séries burkinabé tels que Ouaga Love, Trac à Ouaga,A nous la vie…;
01_site_image_kadi_traoe-630x319

L’actrice burkinabé Kady Traoré


Pour les organisateurs de festivals culturels, il y aura également un atelier sur l’Organisation de festivals avec des Expert tels que Alex Moussa Sawadogo de Ouga Film Lab, André Ceuterick qui a fondé le Festival de Film d’Amour de Mons et le Festival du Film Francophone de Namur et François Akouabou Adianaga qui s’occupe des voyages , de l’accueil et du séjour des festivaliers au FESPACO;
Pour les techniciens de cinéma ou les aspirants techniciens, il y aura une master class sur la réalisation des effets spéciaux. Je vous recommande vivement cette master puisque je rêve secrètement d’un film avec spécial, digne du studio, fabriqué chez nous en Afrique.
Voilà un aperçu de ce que le producteur et réalisateur , Joël M’Maka Tchedjre, prévoit pour cette cinquième édition du festival Emergence et je vous assure d’ores et déjà que j’y serai, avec toutes les personnes qui effectueront le déplacement.
Comprenez-vous maintenant pourquoi le titre Emergence 2018 : Le comité veut faire une fête du cinéma en grand ? N’hésitez pas à partager cet article et surtout, invitez vos amis réalisateurs à déposer leurs films sur le site du festival Emergence.

Festival de Cannes: la membre de jury Khadja Nin en 12 dates

Le festival de Cannes bat son plein en France depuis le 8 mai dernier et un jury de huit personnes a été constitué, pour apprécier les 21 longs métrages en compétition. Dans ce jury, on retrouve une seule africaine en la personne de Khadja Nin, chanteuse Burundaise. Je vous propose donc quelques dates essentielles de la vie de la seule jurée ne venant pas de l’univers du cinéma :
FB_IMG_1526449804907
27 juin 1959 : Jeanine Rema Ntiruhwama a vu le jour. Elle a 7 frères et sœurs et est la fille de l’ancien ministre Jean Ntiruhwama. Petite, elle chantait déjà dans la chorale ;
1973 : au moment de former son groupe, elle choisit le pseudo de «  Ka Jeanine » qui signifie « petite Jeanine », pseudo qui devient avec le temps Khadja Nin ;
1975 : Agée de 16 ans seulement, elle quitte son pays pour aller étudier au Zaïre (ancien nom de la République Démocratique du Congo) ;
1976 : Elle rencontre son futur mari. Elle part avec lui dans la forêt pour s’occuper des lodges pour les touristes. Elle devient maman cette année-là ;
1980 : Avec sa famille, elle immigre en Europe. Son mari décède peu après et elle enchaîne plusieurs petits boulots pour subvenir aux besoins de son fils. Plus tard, elle se marie avec Jacky Ickx, pilote automobile belge. Ils vivent entre Monaco et le Mali ;

5ab8b7cecd702f0c1a8922ae

Khadja Nin et son époux Jacky Ickx ©reporters


1985 : Elle rencontre le célèbre musicien Nicolas Fiszman qui s’éprit de sa voix. Les deux travaillent sur ses morceaux;
1992 : Son premier album voit le jour et connaît un succès fou. Elle chante dans les langues de son pays : le Swahili et le Kirundi.
1994 : Son second disque «  Ya Pili » naît. Elle donne de nombreux concerts ;
khadja-nin-sambolera-mayi-son-460x460
1996 : TF1 fait de son troisième album « Sambolera » le tube de l’été. Ceci donne plus de visibilité à la diva burundaise ;

2002 : Khadja Nin quitte la scène musicale. Elle s’engage dans le social, lutte pour la paix ainsi que pour le droit des femmes ;
2007 : Elle se produit au Burundi. Le pays vient de connaitre la guerre civile. Dans son pays, elle marche toujours pieds nus.
2018 :Khadja Nin est membre du jury du prestigieux festival de film de Cannes aux côtés de Cate Blanchett, Lea Seydoux, Kristen Stewart et plusieurs autres professionnels du cinéma.
FB_IMG_1526449933407
Crédits photos: – ©page Facebook Festival de Cannes
-©Reporters
-©AFP

La série béninoise Ting Tang au cinéma dès le 13 Mai

Pour nous qui rêvons de voir des films béninois de qualité en mangeant du pop corn dans une vraie salle de cinéma, c’est un rêve qui deviendra bientôt réalité. La deuxième saison de la série béninoise Ting Tang sera projetée au public, en avant-première, le dimanche prochain (13 Mai 2018). Pour les personnes qui, comme moi, ont raté la première saison, je vous fais une mise à jour vite fait (je me suis aussi mise à jour).
FB_IMG_1525846401752.jpg
« Ting Tang » est une série comique, d’épisodes de 5 minutes, qui se déroule dans un quartier populaire de Cotonou, capitale économique du Bénin. Chaque épisode met en scène le chef de quartier (joué par le talentueux Dragomir) et ses administrés ou présente des scènes entre les administrés eux-mêmes. Dans un style humoristique, ils abordent les problèmes sociaux tels que la cybercriminalité, la pollution sonore commise par les églises, l’immigration clandestine, le sexe et l’argent, l’infidélité et les relations sexuelles intergénérationnelles.

Ting Tang est destiné au grand public et a pour ambition d’occuper le cœur des cinéphiles béninois, au détriment des télénovelas auxquelles les chaines de télévisions nous ont habitués et qui ne reflètent nullement notre quotidien.
Un autre point fort, c’est une série faite par 100% de jeunes. Elle est produite par Kebo Okioh de Claxik Media et réalisée par Kismath Baguiri. Alain Nounagnon a assuré la direction de la photographie et il y a eu avec eux de talentueux techniciens pour garder le clap, la caméra, les micros, les lumières…

Equipe technique

L’équipe technique choc de Ting Tang


Alors, puisqu’une image vaut mille mots, je vous invite à vivre vous-même l’ambiance de la série Ting Tang, au CanalOlympia de Wologuèdè, dimanche prochain à 17h (vous êtes au courant que CanalOlympia ne connait pas l’heure béninoise, n’est-ce pas ?). Les billets sont en vente à 3000 et 5000 Franc CFA au 62196060. A la fin de la projection, n’hésitez pas à me dire, ici en commentaire ou sur la page Facebook Ecranbenin, si vous avez aimé ou pas.
FB_IMG_1525846761182.jpg

Coup de cœur : Du Dessin animé à Ouidah.

Il y a de cela une semaine, je me suis rendue à Ouidah sur invitation de Jean-Pierre Tardivel, un réalisateur de film d’animations français qui séjourne à Ouidah depuis un moment.
J’avais prévu y passer toute la journée mais la météo à Cotonou m’a empêchée d’y aller dans la matinée. J’ai finalement rejoint l’équipe aux alentours de 16h et j’ai passé une heure avec les futurs réalisateurs de dessins animés béninois. Une heure de pur bonheur.

IMG_20180420_161109
Bonjour Ouidah

Ils sont en formation depuis mars dernier et ont beaucoup progressé selon les dires des formateurs : ils sont passés du simple dessin à de l’animation. J’ai pris du plaisir à me promener sur l’écran de chaque étudiant afin de contempler les dessins bouger (pour moi qui ignore le processus de fabrication d’un dessin animé, imaginez l’émotion ! hihihi).

Au delà de la formation en réalisation de films d’animation, des séances d’échanges et de partage d’expériences sont organisées, afin que les apprenants prennent connaissance des expériences des autres et en tirent des leçons. Ils ont déjà reçu la visite de Romuald hazoumè, Hector Sonon et d’autres personnes. J’ai partagé avec eux ma modeste expérience en tant que blogueuse cinéma et réalisatrice de films documentaires. Loin d’être timides, ils m’ont posé assez de questions, et j’ai fait pareil avec eux dans le but de mieux comprendre le fonctionnement d’un film d’animation. Ils m’ont, par ailleurs, expliqué avoir en projet de se mettre ensemble afin de créer des dessins animés pour notre plus grand plaisir. Ne vous étonnez donc pas de voir des films d’animation au Bénin dans les années à venir.

IMG_20180420_164015

On parle de blogging et de réalisation documentaire☺☺☺


Ma visite au centre du dessin de Ouidah s’est terminée par la traditionnelle photo de famille mais avant, les étudiants m’ont offert un portrait de moi. Le plus beau portrait de moi dont on m’ait d’ailleurs fait don.
Merci à tous les étudiants. Je vous souhaite de brillantes carrières dans l’univers du film d’animation. Merci au staff pour l’accueil qui m’a été réservé et surtout pour le travail abattu avec ces jeunes béninois.
IMG_20180420_165345
IMG_20180420_165550

C’est lui qui a réalisé le portrait

5 raisons pour aller voir le film Lamb en projection au Bénin.  

 
Le samedi 5 mai 2018 à 19h, le film Lamb, du réalisateur éthiopien Yared Zeleke, sera projeté à l’espace Mayton sis à Abomey Calavi. Vous ne savez pas exactement pourquoi vous deviez voir Lamb ? Voici 5 bonnes raisons :
1– L’histoire  accrochant du film
Ce film, réalisé en 2015 et qui dure 94 minutes, raconte l’histoire d’Ephraïm  un jeune garçon éthiopien de 9ans, qui possède et adore une brebis appelé chuni. Ephraïm et Chuni passent toutes leurs journées ensemble. Après une famine ayant causé le décès de sa femme (la mère d’Ephraïm), le père du petit Ephraïm va en ville pour chercher du travail et confie l’enfant à son frère. Ephraïm n’aime pas cette nouvelle vie chez son oncle. Il décide de retrouver sa liberté le jour où l’oncle lui annonce qu’il devra sacrifier sa brebis pour le prochain repas de fête. Il veut partir et a donc besoin d’argent pour s’enfuir avec sa brebis. Il va enchainer plusieurs petits boulots afin de réunir la somme nécessaire. Va-t-il y parvenir ? Je vous laisse le découvrir par vous-mêmes.

lamb-cannes-film-festival

Rediat Amare dans le rôle de Ephraim


2– Le décor du film
Le film est beau grâce aux jeux, aux costumes des acteurs mais aussi aux décors. Il a été réalisé dans certains villages éthiopiens et offre aux cinéphiles la nature, les montagnes et une belle végétation. Je vous laisse la Bande annonce du film afin que vous ayez un aperçu de ce que je dis.

3- L’amour entre Ephraïm et sa brebis
C’est un film dramatique, et à l’écran tout se focalise sur l’amour entre un être humain et un animal. Ils sont tellement mignons ensemble qu’après le film, vous vous demanderez si vous donnez autant d’amour et d’amitié à vos amis.  Et ce n’est pas parce que le film est dramatique qu’il fait pleurer, il y a plusieurs séquences qui vont vous faire énormément rire.
arton9064-980x0

Ephraim et sa brebis Chuni


 
4- La suite de la soirée
Le film sera projeté dans le cadre de la Semaine de l’Europe au Bénin, qui va se dérouler du 04 au 12 Mai 2018. Après la projection, il y aura une Causerie-débat sur le thème « Les jeunes béninois face à l’Europe et au monde: peurs, attentes, et espoirs ». Les échanges seront modérés par Monsieur Fernand NOUWLIGBETO, docteur ès Lettres et un représentant de la Délégation de l’Union Européenne.
5- Le conte de fée derrière le film
Après le film, Yared Zeleke espérait que son film participe à un grand festival tel que Cannes. Mais après l’annonce de la sélection officielle, il a été déçu de ne pas avoir vu son film en lice. Il a, par la suite, été repêché dans la catégorie « un certain regard ». « Une magnifique surprise qui a illuminé ma journée, ma semaine, mon année, ma vie » a-t-il confié au magazine Jeune Afrique. Découvrez ici toute l’histoire de la sélection de son film au festival de Cannes.
FRANCE-FILM-FESTIVAL-CANNES-ETHIOPIA

Le réalisateur du long métrage Lamb Yared Zeleke


Crédits photos: Festival de Cannes, Critikat, ALAIN JOCARD / AFP

Fiche du film :
Pays : Ethiopie, France, Norvège, Allemagne
Genre : Drame
Durée : 94 minutes
Productrice: Ama Ampadu
Distribution (acteurs) : Rediat Amare, Indris Mohamed, Surafel Teka

L'Académie des SOTIGUI est née.

Vous connaissez l’Académie des Césars, l’Académie des Oscars, l’Afrique a désormais son Académie : l’Académie des Sotigui. C’est une initiative de Kévin Moné initiateur des Sotigui Award.
Je vous laisse lire le communiqué qui annonce officiellement la création de cette académie dont nous sommes fière.
« PROMOTION ET VALORISATION DU CINEMA AFRICAIN ET DE LA DIASPORA :
UNE ACADEMIE POUR L’AFRIQUE
Depuis deux ans, Ouagadougou abrite la prestigieuse et l’unique cérémonie africaine de récompense des talents dans les films africains et de la diaspora : les SOTIGUI AWARDS. Véritable plateforme et rendez-vous de valorisation du talent de l’acteur comédien, les SOTIGUI AWARDS ont confirmé leur utilité et convaincu l’ensemble des acteurs du monde du cinéma au plan national et africain en seulement deux éditions. Dans une logique de professionnalisation et pour répondre au principe de l’immensité de l’homme qui donne son nom à l’évènement (SOTIGUI KOUYATE), il est décidé de la création d’une Académie des Arts Cinématographiques Africains et de la Diaspora. Ainsi, à l’image des Césars qui sont organisés par l’Académie des CESARS, les Oscars organisés par l’Académie des OSCARS, les SOTIGUI AWARDS seront désormais organisés par l’Académie des SOTIGUI.
L’Académie des SOTIGUI est composée des professionnels de l’industrie cinématographique, répartis en neuf collèges de « métiers » (acteurs, réalisateurs, auteurs, techniciens, producteurs, distributeurs et exportateurs, industries techniques, agents artistiques, directeurs de casting, attachés de presse, exploitants). A ces acteurs viennent s’ajouter des personnalités dont l’activité soutient le rayonnement et le dynamisme du cinéma en Afrique, rassemblées dans un dixième collège de « membres non professionnels ».
L’Académie est régie par l’Association pour la Promotion du Cinéma Africain et de la Diaspora (APROCAD). Cette association, créée spécialement dans ce but en 2018 est reconnue sous le récépissé N° 3291 et est pilotée par Evrard Jean Kevin MONE. Elle est en charge de l’ensemble des opérations organisées dans le cadre de la poursuite des objectifs de l’Académie.
La promotion, et la pérennisation des SOTIGUI AWARDS restent les chantiers visibles de l’Académie qui envisage en sus, œuvrer dans l’organisation d’évènements dédiés et la professionnalisation des acteurs comédiens du cinéma africain et de la diaspora.
« Il y’a des choses qu’on peut faire, il y’a des choses qu’on veut faire mais il y’a des choses qu’on doit faire », disait SOTIGUI KOUYATE et à titres, si d’aucuns ont les césars, d’autres les oscars, l’Afrique doit avoir ses SOTIGUI et son Académie.
Pour le commissariat général des SOTIGUI AWARDS »
Evrard Jean Kevin MONE, Président de l’Académie
IMG-20180409-WA0026.jpg

Le Beatmaker béninois, Marshall Cyano, exporte son talent vers le cinéma.

Bonjour les cinéphiles. Cette semaine, je vous propose une interview avec le beatmaker béninois Marshall Cyano (je suis sûre que ça vous fait bizarre hiihiihi). Ce n’est pas ma faute. Marshall a mis un pied dans le cinéma et il faut donc qu’Ecranbenin le mette dans la sauce. Pour les personnes qui suivent A+, vous avez sûrement remarqué comme moi la nouvelle série Aissa qui fait du buzz et si vous l’avez remarqué, vous devriez aussi avoir constaté que dans le générique, on entend le «  Marshall Cyano » qu’on entend souvent dans les sons de Fanicko, Dibi Dobo, Vano et autres….. Il vient chercher quoi dans le cinéma ? Je l’ai rencontré un après-midi à l’Institut Français, on a bien rigolé et on a fait notre interview. Mais avant la lecture de l’interview, suivez le générique de Aissa afin qu’on soit tous au même niveau d’information.

Hello chef ! Présente-toi pour moi et pour mes lecteurs s’il te plaît.
Salut, je suis Marshall Cyano, Omontecho Patrick Ciano à l’état civil. Je suis beatmaker et ingénieur de son. J’ai travaillé avec Fanicko, Vano, Blaaz,Dibi Dobo et beaucoup d’autres artistes.

fb_img_1522763449982.jpg

Marshall Cyano en studio


Actuellement nous autres, fans de cinéma, sommes câblés sur la série musicale Aissa. Et dans l’une des chansons, on entend en début Marshall cyano. Est-ce toi qui as fait cette chanson ? Si oui, raconte-nous l’aventure.
Oui, c’est moi. J’ai été approché par le co-producteur de la série, Kodjo Houngbeme de Nouvelle Donne Production, qui cherchait déjà à collaborer avec moi sur un projet depuis un moment. Donc il m’a contacté, il m’a dit qu’il recherchait un générique pour la série Aissa. Alors j’ai bossé et je lui ai fait plusieurs propositions, Il a écouté, on a vu le texte ensemble. Ensuite, l’artiste (Senzaa Brown NDLR) est venu ici à Cotonou, elle est entrée en studio et on a fait le reste du travail.
FB_IMG_1522823552396

Senzaa Brown incarne le rôle de Aissa dans la série


C’était quand et combien de temps a duré ce travail ?
C’était en décembre dernier, si ma mémoire est bonne (rire). L’enregistrement a duré une journée, puisque l’artiste  avait déjà le texte et a eu le temps de répéter avant de venir en studio.
Et est-ce la première fois que tu bosses sur un projet au cinéma ?
(Hésitant) non, c’est la deuxième fois. La première fois, c’était il y a quatre ou cinq ans mais la série n’a pas vu le jour.
Pourquoi cela et comment s’appelle cette série morte à la naissance, si je peux me permettre ce terme?
Je ne me rappelle pas du nom, je ne sais pas pourquoi elle n’est pas sortie. Je me rappelle juste que c’est l’adaptation d’un livre écrit par un béninois.
Ah dommage. Pour en revenir à Aissa, comment as-tu trouvé l’expérience et as-tu envie d’évoluer comme beatmaker au cinéma ?
Déjà, j’ai remarqué que ce n’est pas la même chose quand on veut faire un beat pour une simple chanson et pour un film. C’est plus complexe quand c’est un film parce que ce dernier a une thématique, et il faut que la musique qu’on crée aille avec. Au cinéma, l’émotion est importante. C’est assez stressant et intéressant en même temps. Pour les chansons, les artistes demandent un beat, je leur crée ça et ils posent alors qu’en cinéma, on ne crée pas sur un coup de tête. Ça demande assez de soin et beaucoup d’attention et quand le beat est réussi, c’est assez gratifiant. J’ai aimé l’expérience, c’est différent de ce que je fais tous les jours et je voudrais bien reprendre.
Fiche de film (Aissa)
Synopsis : AÏSSA, jeune fille dans la fleur de l’âge, perd sa mère. Après une enfance heureuse au village, AÏSSA doit aller vivre chez son père, un inconnu et s’intégrer à sa famille. Continuellement accablée et maltraitée par Clotilde sa belle-mère et Kimy sa demi-sœur, AISSA ne peut pas compter sur son père indécis et évasif. Ewoua la gouvernante est la seule avec qui elle créée un lien de complicité.
AISSA trouve alors refuge dans ses rêveries et ses chansons mélodieuses. Elle espère devenir un jour une star de la musique.
Pays : Cameroun
Genre : série musicale
Format : 26 X 26
Producteurs : Jean Roke Patoudem, Kodjo Houngbeme
Acteurs : Senzaa Brown, Hama Hahaya,Romaine Ebo’o Emma Lohoues, Lino Versace….
Bande annonce Aissa👇👇👇

Sergent Markus, RotC, Lek, Yanick Tchaou et Lucrèce Olikoyi (costumière) tous des béninois ont aussi travaillé sur série Aissa.
Crédit photo: Page Facebook Jean Roke Patoudem, Marshall Cyano
Crédit vidéo : Patou film in action

Recap formation en acting

A l’occasion de la Journée Internationale de la Femme, Ecranbenin a organisé une formation en actorat pour 10 jeunes femmes. Elle a eu lieu les 24 et 25 mars 2018 et 10 jeunes femmes ont été formées en actorat. Durant la formation qu’a donné Carole Lokossou et Kismath Baguiri, les filles ont fait du sport (beaucoup pensaient que l’actorat c’était du maquillage et des tapis rouges, hihihi). Elles ont appris à jouer seule (monologue), elles ont appris à jouer ensemble, elles ont eu des techniques pour entrer dans la peau des personnages, etc. Suivez ici le reportage, réalisé par Médard Vianou, pour récapituler les deux jours de formation.
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=178551752771251&id=126209954672098
 
Merci à toutes les personnes qui ont accompagné cette première activité physique de Ecranbenin. Merci à Btech Space, Black Feeling production, EIDA consulting, Awalé Afriki, Beninculture, Maquis chez Nad, Assan Salami, Loukman, Tidjani, Irmine Ayihounton,Karell Attolou, Marina Hounnou, Carole Lokossou, et Médard Vianou grâce à qui cette formation a été un succès.